Conte de l’Oncle Sam : voyage au bout de la « DV Lottery »

Uncle SamL’autre rêve américain

Il était une fois un pays grand comme pas possible, mais bien réel, qui voyait tout en grand. Il y avait plein de grandes villes, aux grandes avenues, aux grands immeubles. Les habitants aimaient y vivre en grand aussi, et dans le reste du monde beaucoup rêvaient de faire comme eux. Le pays, appelons-le, États-Unis d’Amérique, se voyant si aimé et convoité, a voulu donner une chance à tous ces petits citoyens du monde qui voulaient les rejoindre. Ce grand pays était d’ailleurs historiquement composé d’immigrants, certains venus de gré, d’autres un peu moins. Quoi de plus naturel donc que de perpétuer la tradition.

Le pays a donc instauré en 1990 un système de loterie, la « Diversity Visa lottery », ouverte à la plupart des petits citoyens du monde. Depuis lors, de milliers de ces petits citoyens ont choisi de rejoindre les grands citoyens du grand pays. On recense dans un petit pays africain de la côte Ouest, qu’on appellera Togo, un très grand nombre de petits citoyens, qui ont pris la décision de laisser derrière eux leur petite vie. Ils sont partis, sacrifiant emploi décent, vie familiale, habitation acquise de longue haleine de traites bancaires, pour rejoindre ce qu’ils espéraient : une grande vie. Comme eux, le citoyen moyen décide de partir lui aussi, sans trop se soucier de l’inconnu de la vie dans le grand pays, et des obstacles potentiels : difficulté de communication, même avec l’anglais du secondaire remis à niveau, difficulté d’adaptation culturelle, sociale et professionnelle, et surtout grand mal du petit pays !

Néanmoins, le petit citoyen moyen n’est pas inquiet. Il verra bien une fois sur place, il s’adaptera. Mais avant, il faut traverser la rivière du long processus de l’obtention du visa d’immigrant. Deux ans d’échange de paperasserie pour arriver au bout de la procédure. Celle-ci commençait avec l’annonce des dates de la loterie par les autorités du grand pays, suivie de l’envoi du dossier avec la bonne photo, le bon diplôme, la bonne expérience, qu’il faut soumettre dans le bon délai. Puis on attend quelques mois. Enfin le citoyen moyen est sélectionné ! Après les procédures administratives, dont on passera les détails, mais résumera comme étant digne du grand pays, le citoyen moyen arrive enfin sur l’autre berge de la rivière de papiers. Le grand voyage peut commencer. Enfin, une fois que le souci financier est réglé. Alors il racle les fonds, brade tout ce qui est vendable, et met la clé de la petite maison en hypothèque. Cette fois, c’est vraiment le grand départ. Ah, c’est toute la famille, le quartier, le village même, du petit citoyen moyen, heureux élu, qui dansent de joie. Quelle chance de partir vers le grand pays, et de faire partager ce bonheur à d’autres, à tous peut-être, plus tard.

La tête pleine de grands rêves le petit citoyen arrive dans le grand pays. Les yeux grands ouverts, il est comme transporté sur une autre planète, il découvre un nouvel univers qu’il ne pouvait imaginer dans ses rêves les plus fous. Il est arrivé dans l’une des plus grandes villes du grand pays, qu’on appellera New York, et là « stupeur et tremblements », dans les mots d’Amélie Nothomb, suivi de dépaysement ! Quelques jours après l’arrivée, le petit citoyen devenu immigré reprend doucement conscience. Il retombe les pieds un peu plus sur terre, fait d’autant plus facile qu’il se retrouve à dormir sur un matelas à même le sol, que le cousin qui l’héberge a bien voulu mettre à sa disposition. Ah oui, le pays a beau être grand, le cousin n’en détient qu’un tout petit coin, qu’il a bien voulu partager avec lui pour quelques mois, le temps de trouver un emploi et un logement. Mais attention, il faut faire vite, le cousin a de la patience, mais la patience a ses limites !

Vite donc, il faut régulariser les papiers, trouver un travail. Tant pis si son anglais ne fait le poids, l’immigré moyen va se débrouiller avec. Il se décarcasse et trouve un emploi. Parlant de son diplôme universitaire et de ses vingt ans d’expérience passés à la banque dans son petit pays, il a pu convaincre son nouvel employeur que sa place était bien derrière le guichet. Tant pis si c’est celui d’une station d’essence. Il trouve un appartement dans un grand quartier, qu’on appellera le Bronx, connu dans le monde entier, et qui donne de ses nouvelles régulièrement. Tant pis si ce n’est pas toujours de celles que le petit immigré voudrait que sa petite famille au pays entende aux informations de 20 heures. Ce qui importe c’est qu’il peut enfin abandonner le plancher du cousin, dormir dans un grand, enfin moyen, lit et vivre sa grande vie! Commence alors sa grande-petite vie, dans le grand quartier, de la grande ville, du grand pays. Avec un petit peu de chance, il y vivra plus ou moins heureux, longtemps, avec la petite famille qui le rejoindra, et s’agrandira avec de nombreux membres, petits et grands.

Ceci est un conte, et non une fable, mais il y a quand même une morale : « Nul n’est prophète en son pays », soit, mais il fait parfois meilleur vivre chez soi.

13 Commentaires

  1. Ah ah, j’ai déjà raconté sur mon blog comme je suis arrivé au Brésil, il y a 7 ans. J’ai dormi une semaine à même le sol (mon matelas a pris du temps pour être livré), une année d’adaptation en gros…
    mais après ça va… mais bon, ce n’est que le Brésil , et ici, il y a un gouvernement de gauche, l’université est gratuite pour tous ceux qui arrivent à rentrer (c’est un autre problème), la santé publique est gratuite aussi…
    bref, ce n’est que le Brésil… 😉

  2. Tout ça c’est la faute à notre trin trin quotidien qui ne s’améliore pas. On vit dans un cercle infernal qui ne nous assure aucune lueur de bonheur pour nos enfants. Alors on préfère tout sacrifier pour repartir à zéro.

    Ce billet explique bien pourquoi nos oncles, tantes, sœurs, frères, cousins et cousines rentrent au pays en nous déconseillant de faire comme eux.

    1. Merci Guillaume. Oui, la vie est pleine de choix mais parfois le choix du départ s’impose. Et c’est la grande désillusion quand on se rend compte que l’herbe n’est pas aussi verte qu’elle en avait l’air de loin. Bonnes fêtes!

  3. Fascinant… La Loterie-Visa (comme on dit à Lomé) est une chose passionne tout le monde, y’a qu’à voir sur le campus, dans les cybers, à chaque coin de rue…Une chose qui m’a toujours intrigué. Il y a le rêve d’une vie meilleure et il y a la réalité (qui n’est pas toujours forcément terrible). Cette conte qui retrace bien ce voyage, étrange, unique et particulier, qui n’est pas toujours dans l’intérêt de ceux qui partent comme tu le dis, ou dans l’intérêt supérieur de l’Afrique en dernière instance… Hmm, Loterie-Visa vraiment!

    1. Tout à fait d’accord, l’expérience fait la différence! Et il y a beaucoup de gens qui s’en sortent plutôt bien, donc l’herbe peut parfois être plus verte…merci du passage, Carole!

  4. Et aussi il y en, qui sans la loto-visa, serait resté au bled comme de vrais souffreteux hein.
    Malgré ses mauvais côtés déplorés, il y a des gens qui doivent aujourd’hui leur vie et leur stabilité au fait d’avoir gagné la loto-visa et d’être allé aux E-U.
    Comme toujours dans tous les cas, il y a deux cas….
    Merci Djifa…

    1. C’est vrai, beaucoup de gens s’en sont bien sortis et en font profiter la famille au pays. Mais comme pour toute loterie, tout le monde n’a pas droit au jackpot, même quand on est gagnant…merci du passage.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *